Cartographie radioactive mondiale – 1945 à 1998

Partagez / Share

Atomic-Bomb-Blast-in-1952-Nevada

Hier soir, j’ai vu un énième documentaire sur la tragédie de Tchernobyl. Diffusé en France (où je suis présentement), une partie de celui-ci portait sur l’impact du nuage de Tchernobyl sur la France et sa population, notamment sur les hausses de cancers de la thyroïde. En conclusion, un expert français du nucléaire soutenait toutefois que le nuage radioactif de Tchernobyl n’avait pas été plus dommageable pour les populations européennes que la multitude d’essais militaires réalisés par les russes sur leur territoire au cours de la dernière moitié du siècle dernier.

Au final, disait-il, Tchernobyl était plus frappant dans l’imaginaire des gens mais que son impact n’était pas beaucoup plus important que toutes les bombes qui ont explosé et pour lesquelles nous n’avons pas été alertés de manière aussi évidente. Evidemment, il ne fait pas de doutes que Tchernobyl a eu un impact direct sur les populations de l’ex-URSS, mais il n’en demeure pas moins que toutes ces bombes lancées au nom de la recherche militaire ont certainement eu un impact non négligeable sur nos vies, à commencer par le climat de terreur qui a regné durant la Guerre froide.

C’est alors que je me suis souvenu de cette “oeuvre” de Isao Hashimoto, artiste japonais, qui a mis en musique et en perspective les 2053 bombes à avoir explosé entre 1945 et 1998 (à l’exception des 2 essais Nord-Coréens de 2006 et 2009) par les 9 puissances nucléaires mondiales. Présentée par l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (en anglais Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty Organization/CTBTO), elle met de l’avant les risques encourus par des populations civiles en Europe, en Afrique, en Océanie et en Amérique du Nord. Les 210 bombes Françaises me touchent particulièrement puisque mon beau-père, aujourd’hui disparu, était officier marinier dans la marine Française à l’époque où la France a procédé à la majeure partie de ses essais. Même si ses problèmes de santé n’ont jamais vraiment pu être liés à son activité professionelle, je sais que la question se pose, très légitimement…

Une carte détaillée des essais nucléaires mondiaux est disponible et vous pouvez également suivre le CTBTO sur Twitter, Facebook, Flickr et Youtube.

0 comments

Trackbacks

  1. […] (ou pas) . Certains de mes billets ont eu une belle vie.  Je pense notamment à mon billet sur la cartographie nucléaire de l’artiste japonais Isao Hashimoto qui a été très largement diffusé en France et au Québec.  J’ai, moi aussi, utilisé mon […]