L’aigle sur le mont-royal : devenir vigilant sur les internets

Partagez / Share
46463637-when_i_found_out_the_eagle_stealing_the_baby_video_was_fake-200565

Décrypter une vidéo :  clés pour identifier le vrai du faux

 Le web québécois était en émoi mardi soir :  un aigle aurait tenté d’enlever un enfant sur le Mont-Royal.  La mystérieuse vidéo s’est rapidement propagée, devenant un phénomène mondial.  Je ne suis pas du genre à tripper sur les «vidéos virales »  et je clique généralement tard dans le processus, quand je la vois passer tellement souvent que bon, je me dis let’s go.  Dans ce cas-ci, ça m’a bien pris quelques heures, ayant été déconnecté pendant la soirée.  Mais une fois que j’ai cliqué dessus, il m’a suffit de quelques clics pour savoir que j’avais affaire à un fake.  Avant même d’avoir pu voir le film plan par plan qui est sorti quelques heures après la mise en ligne.  Moins de 24 heures plus tard, le Centre NAD nous rassurait :  il n’y a pas d’aigle à Montréal.  Fiou.

Soulignons d’abord les impressionnants résultats :  plus d’un million d’interactions sur Facebook, 35000 tweets, uniquement pour la vidéo Youtube.  Elle a été reprise par près de 500 billets de blog pour près de 18 000 000 visionnements (au moment d’écrire ces lignes).  On peut parler d’un franc succès.  Elle est dans le top 20 des vidéos les plus partagées au cours des 30 derniers jours selon UnrulyMedia et devrait apparaître dans le top 100 des 365 derniers jours sous peu.  C’est très très impressionnant.  Et ça démontre, encore une fois, qu’on peut obtenir de la visibilité sans moyens extraordinaires ou acheter de la pub. Surtout, les étudiants auront droit à pusieurs A+ puisque l’objectif de 100 000 vues a été, disons, largemenent dépassé.  Il faudra maintenant qu’ils apprennent à vivre avec de moins bons résultats la prochaine fois, qui sera assurément le cas…

Par contre, ce qui est moins impresionnant, c’est le manque de vigilance de certains internautes, y compris de grands reporters, qui ont relayé la vidéo sans la moindre mise en garde ou sans poser de questions.  Si l’internaute lambda n’est pas à blâmer (ce n’est pas son rôle d’investiguer), les experts et journalistes feraient mieux de se poser 2 ou 3 questions avant de tweeter.  Il s’agit ici d’un beau viral classique qui n’a pas d’impact sur la vie ou la réputation de personne mais il pourrait en être autrement dans un prochain épisode.

Il ne s’agit pas d’utiliser des outils complexes.  Une bonne dose de jugement et un outil gratuit (Topsy) vous permettra de déceler des indices importants, si vous posez les bonnes questions

.

D’où vient cette vidéo ? 

Elle est apparue sur un compte Youtube tout neuf, sans aucune autre vidéo.  Le nom du compte ?  MrNuclearCat.  Ai-je franchement besoin de dire que dès ce moment, il devrait y avoir un drapeau rouge soulevé dans votre tête ?  Un compte Youtube qui porte un nom qui inclut le mot chat devrait toujours soulever la suspicion, sauf s’il s’agit de Simon’s Cat ou s’il a déjà publié des choses crédibles.   On le sait maintenant, les techniques d’animation et de montage sont de plus en plus accessibles, la rigueur de base est de tenter d’en savoir un minimum sur la source avant de publier.  A fortiori si on est un grand média.  1er drapeau rouge.

Qui est le premier à l’avoir publié quelque part (Twitter ou FB) ?

Dans le cas qui nous concerne, j’ai rapidement pu identifier l’auteur du premier tweet (le volume était encore faible et il était encore tôt dans le processus de viralisation).  Par contre, il semble que cela n’ait pas de lien.  Mais, pourquoi suis-je le seul à lui avoir posé la question de sa source ?  Il me semble que de questionner ses sources devrait être un réflxe non seulement journalistique mais aussi citoyen.   Il semble que @ze_tache soit sans… tache et n’ait fait que relayer une vidéo qu’il a découvert par hasard.  Mais dites-vous qu’en général on en apprend beaucoup à aller voir qui est le premier à parler d’un lien, d’une nouvelle, etc.  Pas de drapeau rouge pour cette question, donc.

Pourquoi personne n’en a parlé avant ? 

Lorsqu’il s’agit d’un événement personnel ou privé, il est clair que la question ne se pose pas.  Mais un événement dans un lieu public, avec des gens autour (visibles sur la vidéo) ? La question est légitime.  Quand les grands médias font leur première page sur des non-nouvelles, il y a lieu de croire que celle-ci aurait fait sinon grand bruit, au moins une mention quelque part… Sans parler de couverture médiatique extensive, personne au Mont-Royal ou à la Maison Smith n’en a eu vent ?  2ème drapeau rouge.

Est-ce raccord avec la vraie vie ? 

En 2012, dans un monde de temps réel, quand on mange un sandwich on le publie en temps réel sur 2, 3 voire 4 réseaux en même temps.  Mais quand on voit un aigle s’attaquer à un enfant on attend quelques semaines ?  Allons donc.  Si ce n’est pas le cas, alors, dans le cas qui nous concerne, il aurait du y avoir de la neige, non ?  Tout cela me fait lever un 3ème drapeau rouge.

Est-ce que la vidéo en général est crédible ?

Avant même d’avoir accès de la vidéo qui décortique plan par plan, on peut se poser des questions.  Que ce soit la réaction du père (heu, quelle réaction du père ?), les ombres bizarres ou la distance de la course avant d’arriver au bébé qui semble courte, ce sont autant d’éléments qui devraient soulever un doute.  Mais si on la regarde vite, c’est sûr que… Je lève donc un 4ème drapeau rouge.

N’y a-t-il pas un expert dans la salle ?

Je ne suis pas un expert en oiseau et je présume que vous non plus (mes excuses aux ornithologues qui lisent ce billet).  Mais mon petit doigt me dit qu’un expert en la matière aurait pu nous aider à éclairer le mystère.  Un aigle sur le Mont-Royal, ça se peut ou pas ?  Ca ressemble à ça, un aigle royal ?  Ca mange des bébés un aigle royal ? Pas de drapeau rouge vraiment, juste un questionnement en général.

Je ne jette pas la pierre aux internautes qui ont propagé cette vidéo sans la remettre en question : l’effet d’entraînement est dur à endiguer et être parmi les premiers à partager un truc est toujours gratifiant (ou pas).  J’exhorte plutôt la cohorte d’experts du numérique et les leaders d’opinion en général à un peu plus de vigilance avant de relayer la prochaine vidéo floue comme si c’était la première qu’ils voyaient.

 La vidéo originale : 

La démonstration du fake plan par plan :

0 comments